La Passe-miroir : Les fiancés de l’hiver (T.1)

La Déchirure a anéanti l’ancien monde pour en créer un nouveau divisé en arches, éloignées les unes des autres par le vide. Ophélie vit parmi les animistes sur Anima. Dotée du talent de liseuse, elle peut lire dans les objets le passé de leurs propriétaires. Elle s’occupe d’un musée d’où elle n’a pas l’intention de sortir afin de se faire oublier. Mais ce n’est pas sans compter sur les Doyennes d’Anima qui ont décidé de la marier à Thorn, un représentant de l’arche Pôle.  Accompagnée de sa tante Roseline, elle part pour les terres du Nord où elle découvre les intrigues politiques, les coups bas et les meurtres qui se jouent à la cour du puissant Seigneur Farouk. Dans quel nid de serpents vient-elle de mettre le pied ?

MON AVIS

L’univers

Avec ce premier tome de La Passe-miroir, Christelle Dabos nous projette dans un monde morcelé par La Déchirure. Ce qui semble être notre Terre est divisée en plusieurs arches contrôlées par de puissantes familles dont celle d’Ophélie qui dirige l’arche Anima. Alors que nous sommes plutôt habitués à ce qu’on nous présente notre Terre future soit complètement détruite soit emportée vers les ténèbres, j’ai eu le plaisir de découvrir un monde situé dans l’entre-deux ; ni détruit, ni unit, le monde de ce premier tome est surprenant et le concept des arches est plutôt original. Pourtant je regrette que l’auteur ne nous ait pas proposé d’en savoir plus sur cette Déchirure et l’histoire de l’univers dans lequel on va évoluer. J’espère en apprendre plus dans les prochains tomes et je suis persuadé que Christelle Dabos a fait exprès de nous divulguer certaines informations pour mieux nous surprendre par la suite.

L’histoire

Alors que la quatrième de couverture annonçait un récit tourné vers les intrigues de cours, j’ai pourtant été agréablement surpris par ce que j’ai découvert en lisant ce livre. Même si le terme est légèrement attendu et pas vraiment surprenant, je ne m’en suis rendu compte qu’après être revenu sur le livre car pendant ma lecture je me suis laissé emporter par les évènements et je ne réfléchissais même plus à la fin … mon but était de la découvrir sans idées préconçues. Dans le monde des illusions, Ophélie, l’héroïne, ne sait pas vraiment en qui elle doit avoir confiance et en tant que lecteur on se le demande aussi car tous les personnages sont tous plus tordus les uns que les autres. Cela devient presque une enquête policière pour savoir quel sera le prochain courtisan à poignarder dans le dos notre pauvre héroïne. Tous les personnages sont des suspects et en quelques sortes tous déjà coupables.

Le récit m’a donc captivé, au point que j’ai lu les 570 pages en trois jours. Chaque chapitre promettant son lot de rebondissements, je peux vous garantir que ce livre vous fait devenir un tourne-page compulsif.

Les personnages

Ophélie est une héroïne sur laquelle mon jugement est assez mitigé. Le personnage en lui-même me plaît mais je trouve qu’il rassemble beaucoup de stéréotypes de l’héroïne moderne : réservée, à l’écart du monde, qui évolue vers la femme forte et combative que l’on attend tous. Vu l’histoire, je m’attendais à un peu plus d’originalité de la part de l’auteur ; peut-être plus manipulatrice et moins naïve.

Par contre les personnages annexes sont tout à fait captivants car très mystérieux. En plus d’être des gens assez austères, hypocrites, manipulateurs, etc., l’auteur révèle les informations à leur propos au compte-goutte. Notre jugement est alors remis en question à chaque nouvelle révélation ce qui finit par nous perdre (tout autant que l’héroïne qui ne sait plus à quel saint se vouer). Ils n’ont fait que confirmer mes soupçons : dans un récit, les plus intéressants se sont les méchants.

On se résume

Le premier tome de La Passe-Miroir, Les Fiancés de l’Hiver, est une bonne surprise pour moi. J’en entendais parler depuis un bon moment et il a fallu attendre la récente édition en poche de chez Folio pour que je fasse le pas de le lire. Je me suis lancé dans cette lecture sans trop savoir à quoi m’attendre mais ma lecture n’en a été que plus agréable. L’héroïne n’est en rien à l’origine de cette appréciation car elle ressemble trop aux personnages principaux féminins que l’on retrouve dans les récits fantastiques modernes. Je pense que ce sont les personnages qui gravitent autour d’Ophélie qui sont les vrais héros de cette histoire et plus particulièrement les courtisans du Pôle. Ce sont à la fois des personnages dont la liste des défauts est très longue mais on ne peut s’empêcher d’avoir de la pitié pour eux car écrasés par la société dans laquelle ils doivent se battre pour défendre leur place.

Note : 4/5


Informations :

Auteur : Christelle Dabos
Date de parution : mai 2016
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection : Folio (n°6132)
Genre : Fantasy/fantastique
Nb. de pages : 528
ISBN : 978-2-07-046921-5

Publicités

2 réflexions sur “La Passe-miroir : Les fiancés de l’hiver (T.1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s